Nouvelles

Communiqué de presse

Examen Périodique Universel : Le Mozambique doit ratifier le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels et en appliquer les dispositions

Paris, Maputo, 10 juin 2021

Nos organisations se félicitent des 266 recommandations formulées par 106 délégations d'États lors de l'Examen périodique universel (EPU) du Mozambique en mai 2021 à Genève, en Suisse.

Les recommandations formulées lors de cet examen font écho à nos préoccupations concernant la jouissance des droits économiques et sociaux*, demandant en particulier : 

  • Au Mozambique de ratifier le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. En effet, le pays fait partie des six États africains qui ne l'ont pas encore fait, ce qui entrave la réalisation progressive des droits économiques, sociaux et culturels (DESC). 
  • Au pays d'accélérer le processus de révision de la loi foncière de 1997 pour mieux protéger les droits de ceux qui sont propriétaires. De plus, il s’agit également de faciliter la participation effective des communautés rurales et des ONG à la gestion des terres agricoles, conformément à la déclaration des Nations unies sur les droits des paysans. En effet, pour les communautés rurales mozambicaines, l'occupation et l'exploitation des terres sont vitales pour leur sécurité alimentaire puisque près de 70% de la population dépend de cette activité. Il est donc essentiel que l'État mozambicain prenne des mesures spécifiques pour garantir la participation effective des organisations de la société civile et des communautés rurales au processus de révision de cette loi. 

Les États demandent également au Mozambique d’améliorer la qualité et l'accès aux services de soins de santé primaires dans les zones rurales et de garantir la disponibilité de personnels de santé qualifiés. Ces mesures sont d'une importance capitale dans le contexte de la COVID-19. Par ailleurs, la formation des professionnels de santé ainsi que la formation à la télémédecine permettraient aux services de santé de s'adapter aux crises. Cette formation doit être complétée par une éducation complète, incluant la sensibilisation au VIH, et le renforcement du planning familial.

Une autre recommandation faite par nos organisations et les délégations des États est que le Mozambique intensifie ses efforts pour améliorer l'accès aux soins de santé pour tous, y compris l'accès aux services et aux informations en matière de santé sexuelle et reproductive.

Bien que de nombreux pays aient salué le fait que la loi de dépénalisation de l'avortement ait été adoptée en 2014, l'accès à l'avortement reste limité pour les femmes issues des milieux ruraux. Le Mozambique devrait modifier l'article 169 (1) a de son Code pénal afin de supprimer les obstacles à l'accès à l'avortement pour les femmes et les filles des zones rurales.

Contact

Marvin Thomar, Human Dignity:  marvin@hdignity.org

* Examen périodique universel Mozambique - 3e cycle - 38e session (mai 2021) - 14 octobre 2020, version anglaise https://hdignity.org/images/Publications2020/MozambiqueUPR141020.pdf - version portugaise : https://hdignity.org/images/Publications2020/Submissaoconjunta.pdf.

Notre coalition est composée de l'Association pour l'éducation, la santé, l'environnement et la communication sociale (AESA), Human Dignity, IPAS Mozambique et Kulima.