En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

 hd FR

  facebook icon 02    twitter-logo-1

bouton-paypal

Note de suivi des recommandations faites au Mali par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

  

 

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT

Le Mali doit continuer ses efforts dans la mise en œuvre des droits économiques, sociaux et culturels

Bamako – Paris, le 10 décembre 2020

En cette journée internationale des droits humains, l’Association Malienne des Droits de l’Homme, Femmes et Droits Humains et Human Dignity publient une note conjointe soulignant les efforts et les défis du Mali pour la mise en œuvre des recommandations du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU datant de 2018. 

Notre note relève que l’Accord pour la paix et la réconciliation de 2015 n’est toujours pas pleinement mis en œuvre et que l’insécurité continue de faire grimper le nombre de personnes déplacées internes.

La situation en matière de droits économiques, sociaux et culturels des 287 496 déplacées en juillet 2020, dont plus de la moitié sont des enfants, est catastrophique. Dans le contexte de la crise sanitaire en cours, la mise en œuvre des droits à l’eau, à un logement et à la santé est urgente pour l’amélioration du niveau de vie et des conditions d’hygiène sur les sites de personnes déplacées.

Nous recommandons notamment aux autorités maliennes l’adoption d’une stratégie nationale sur l’accueil et la prise en charge des personnes déplacées incluant des mesures concrètes et définies dans le temps concernant l’accès à un logement convenable, à de la nourriture, aux soins et services de santé, à l’éducation et à une protection sociale.

Nos organisations soulignent également l’impact néfaste des exploitations minières sur les droits à l’eau et à la santé des maliens et maliennes. L’absence d’interdiction généralisée du mercure et du cyanure dans ces exploitations nuit notamment au droit d’avoir accès à une eau non contaminée, salubre et de qualité acceptable pour les usages personnels et domestiques.

Bien que nous saluons l’adoption en 2019 d’un nouveau Code minier qui étend les obligations environnementales et sociales des initiateurs de projets miniers, un décret d’application devrait être adopté dès à présent avec l’aide de la société civile pour la mise en œuvre du Code et pour compléter ses lacunes relevées dans notre rapport.

Conscientes que les crises sanitaires et politiques ont créé de nouveaux défis dans la mise en œuvre des recommandations du Comité, nos organisation encouragent les autorités maliennes à continuer leurs efforts pendant la transition politique.

Contact : Mme Anna Hertkorn, Human Dignity

+ 00 33 (0)6 14 85 42 47, a.hertkorn@hdignity.org 

ONG auteures de la note :

  • Association Malienne des Droits de l’Homme
  • Femmes et Droits Humains
  • Human Dignity 

La note est disponible ici