En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

 hd FR

  facebook icon 02    twitter-logo-1

bouton-paypal

Témoignage: l'impact de la Covid-19 au Kenya

Paris - Nairobi

28 juillet 2020

Aujourd'hui, nous célébrons le 10e anniversaire de l'adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies de la résolution 64/292 qui reconnaît explicitement les droits humain à l'eau et à l'assainissement et reconnaît que l'eau potable et l'assainissement sont essentiels à la réalisation de tous les droits humains.

Nous regrettons que 10 ans après l’adoption de cette résolution, les droits à l’eau et à l’assainissement continuent de faire l’objet de violations systématiques dans le monde entier. Alors que les bonnes pratiques d'hygiène sont la principale mesure pour empêcher la propagation du COVID-19, l'accès à l'eau potable et aux installations de lavage des mains reste un privilège que de nombreuses personnes ne peuvent se permettre.

Pour l’occasion, Human Dignity publie sa seconde interview de défenseurs engagés sur les DESC et l'impact de la crise sanitaire.

Mme Samantha Oswago, avocate spécialisée dans les droits humains au East African Centre for Human Rights (EACHRights) - Kenya , nous explique comment les personnes vivant dans des établissements informels au Kenya ont été laissées pour compte sans accès à l'eau et à l'assainissement et sans moyens de se protéger contre le COVID-19. 

 

Le cadre juridique kenyan reconnaît-il le droit à l'eau et à l'assainissement?

Le droit de tous les Kenyans à une eau salubre et de qualité en quantité adéquate est inscrit à l'article 43 de la Constitution du Kenya de 2010. Ce droit englobe le droit à l'eau potable, à un assainissement de base et à de bonnes pratiques d'hygiène. Au-delà de la Constitution, le Kenya s'est engagé à atteindre l'Objectif de Développement Durable 6 qui vise à atteindre un accès universel et équitable à une eau potable sûre et abordable pour tous d'ici 2030.

Le gouvernement kenyan a-t-il pris des mesures spécifiques pour garantir le droit à l'eau et à l'assainissement face à la pandémie de COVID-19, y compris pour les populations les plus vulnérables?

Avec la confirmation du premier cas de COVID-19 au Kenya à la mi-mars 2020 et dans la poursuite des recommandations émises par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le gouvernement a exhorté le pays à adhérer aux directives de l'OMS sur le lavage des mains, l'hygiène et la distance physique.

Cependant, cette directive s'est avérée difficile à mettre en œuvre, en particulier dans les zones urbaines d'habitat informel. Ces établissements ont souvent un accès limité à l’eau potable et à l’assainissement de base. L'eau doit souvent être achetée auprès de vendeurs d'eau privés, parfois à des tarifs exorbitants. Deuxièmement, par nature, les zones urbaines d'habitat informels sont densément peuplées et la notion de distance physique est donc presque impossible.

Il est regrettable que la vulnérabilité des habitants des quartiers informels ait été encore exacerbée par les expulsions sanctionnées par le gouvernement, en particulier dans le contexte du paysage actuel du COVID-19.

Malgré une ordonnance du tribunal rendue le 3 mai 2020 qui a effectivement empêché les autorités de procéder à une expulsion, environ 8000 personnes ont été expulsées de force de la zone de Kariobangi le 4 mai. Un avis verbal n'a été émis que 24 à 48 heures à l'avance, sans aucune mesure préalable pour fournir au moins un abri, un accès à l'eau et à l'assainissement ou tout type de compensation. Cette situation s’est reproduite le 15 mai 2020 lorsque plus de 1 500 personnes ont été forcées de quitter leur domicile à Ruai la nuit, après les heures de couvre-feu et sous de fortes pluies.

Ces expulsés vivent désormais dans des conditions dépourvues d'eau potable, d'assainissement et de peu de place pour se distancier. Avec l'épidémie de COVID-19 qui menace le pays, cette situation ne peut être décrite que comme une bombe à retardement.

Quelles sont les mesures que le gouvernement kenyan devrait prendre pour garantir sa conformité aux normes nationales et internationales ?

Le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit inaliénable tel que prévu par la Constitution kenyane. Le gouvernement est donc pleinement et entièrement obligé de mettre un terme à toute expulsion envisagée pendant cette période précaire et de fournir des abris alternatifs, de l'eau potable et des installations sanitaires pour freiner la propagation de l'épidémie de COVID-19. On pourrait dire que la véritable mesure d'un État réside dans la manière dont il traite ses sujets les plus vulnérables.