En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin d'améliorer votre navigation, et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.

 hd FR

  facebook icon 02    twitter-logo-1

bouton-paypal

Human Dignity s'engage pour le renforcement du rôle et de la participation des ONGs auprès des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits de l'Homme.  

La participation effective des ONGs nationales aux sessions d'examen de la situation des droits de l'Homme dans leurs États respectifs est cruciale pour prévenir et surveiller les violations les droits économiques, sociaux et culturels au niveau national.

Human Dignity met en particulier l'accent sur le renforcement de la capacité des ONGs à participer activement aux sessions du Comité des droits économiques, sociaux et culturels et de la Commission africaine des droits de l'Homme et des peuples et de leur transmettre des informations.

Concrètement, Human Dignity : 

1. fournit un appui technique aux ONGs nationales dans la rédaction et la soumission d'informations et rapports alternatifs au Comité des droits économiques sociaux et culturels, à la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples et autres mécanismes pertinents.

Nous avons ainsi co rédigé et soumis des rapports alternatifs conjoints au Comité des DESC sur le Kenya, l'Ouganda, la Namibie entre autres. La majorité de nos recommandations ont été reprises par le Comité.

Les rapports alternatifs ont pour but de renseigner sur les mesures nationales prises pour réaliser les droits économiques, sociaux et culturels. Ces rapports contribuent au changement en assurant que les observations finales et recommandations du Comité des DESC/de la Commission africaine adressées aux autorités reflètent fidèlement les différentes situations nationales. Ces recommandations, à leur tour, permettent aux acteurs nationaux d'agir localement afin d’améliorer le respect, la protection et la réalisation des droits de l’Homme.

Renforcer la capacité des ONGs à élaborer et soumettre des rapports alternatifs destinés à être soumis aux organes de traités des Nations unies et à la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples s’est révélé être un outil important pour aider les comités à mieux comprendre la situation dans le pays et à formuler des recommandations précises et ciblées. 

2. soutient les ONGs à prendre une part active au processus d'examen des rapports périodiques des Etats en facilitant et coordonnant leur participation aux sessions du Comité des DESC et de la Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples.

Nous soutenons ainsi la venue de représentants d'ONG afin qu'ils puissent présenter nos préoccupations à Genève et co organisons plusieurs sessions privées avec les experts des Nations unies.

 
Quels sont les principaux mécanismes en charge du suivi des droits économiques, sociaux et culturels?
 
Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels
 
Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels est l'organe d'experts indépendants qui surveille l'application du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) par les États parties. 
 
Tous les États parties sont tenus de lui soumettre des rapports réguliers sur la façon dont le PIDESC est mis en œuvre au niveau national. Les États doivent présenter un premier rapport dans les deux ans suivant la ratification du Pacte et par la suite tous les cinq ans. Le Comité examine chaque rapport et transmet ses préoccupations et recommandations à l'État partie sous la forme d'observations finales. Pour en savoir plus sur le travail du Comité, cliquez ici.
 
Haut Commissariat aux droits de l'Homme, Genève
 
La Commission africaine des droits de l'Homme et des Peuples
 
La Charte africaine des droits de l’Homme et des Peuples garantit les droits économiques, sociaux et culturels, en particulier en ses articles 14, 15, 16, 17, 18, 21 et 22. La Charte africaine a créé la Commission africaine des droits de l’Homme et des Peuples, inauguré le 2 Novembre 1987 à Addis-Abeba, en Ethiopie.
 
Tous les deux ans à compter de la ratification de la Charte, ses 53 Etats parties doivent soumettre à la Commission un rapport sur les mesures d'ordre législative ou autre prises en vue donner effet aux droits et libertés reconnus et garantis par la Charte. Ces rapports périodiques des Etats sont examinés par la Commission qui adoptent également des observations finales.Pour en savoir plus sur la Commission, cliquez ici.